rémy brauneisen, photographer

 

Colmar, son tour en 365 jours est une balade picturale dans la vieille ville et le temps passé. Des photos intemporelles avec une présence humaine rare ou éphémère, l’individu lui-même n’investit les lieux que de façon furtive et s’oppose sous une forme presque spectrale à la longévité millénaire de la ville. Pour certaines prises de vue, je me suis déplacé maintes fois, guettant le moment opportun où les véhicules automobiles en stationnement se faisaient discrets et la lumière exceptionnelle transcendait les lieux, deux contraintes souvent difficilement conciliables. Il n’était pas aisé de faire des photographies sur l’héritage historique de Colmar, car les façades des maisons gothiques sont naturellement belles et beaucoup de choses ont déjà été faites. Pourtant cette série se distingue par le choix des perspectives, la construction des compositions, des cadrages larges inédits et une présentation picturale artistique parfois à contre-pied de la photo classique et des lumières que de nombreux photographes fuient, des soleils rasants de fin d’après-midi d’hiver, des ciels plombés et menaçants, des ciels chargés de nuages percés par le soleil, des ciels crépusculaires colorés par un halo de lumière aux aurores ou des nuages irradiés par le soleil disparaissant derrière la crête des Vosges.